Le lichen et certains champignons peuvent résister aux conditions martiennes

Le 1 février 2016 · 0 Commentaire

On sait désormais, grâce aux derniers tests de l’ESA, que le lichen est capable de survivre et de réaliser sa photosynthèse normalement dans une chambre de simulations soumises aux conditions martiennes! Lors de cette expérience, les lichens abrités dans une cavité rocheuse (avec un peu de lumière) ou dans une simple fissure sont ceux qui ont le mieux réagit, mais les lichens exposés aux radiations (non protégés) ont également survécu (voir lien suivant: http://phys.org/news/2014-01-lichen-mars.html).

Le lichen est un organisme symbiotique « hybride »: il est à la fois un champignon et une algue.

Plus récemment, la Station Spatiale Internationale (ISS) a également mené une expérience sur deux espèces de champignons microscopiques de l’Antarctique (originaires des vallées sèches de McMurdo). Au cours de l’expérience, les champignons ont été exposés aux conditions martiennes recrées. A savoir une atmosphère composée à 95% de dioxyde de carbone, une pression très faible et de très haut niveaux d’ultraviolets. « Le résultat le plus signifiant est que plus de 60% des cellules des champignons étudiées sont restées intactes après avoir été exposées aux conditions martiennes », a expliqué, il y a quelques jours seulement, Rosa De la Torre, co-auteur de l’étude!

Dans la categorie Non classé

IL EST VITAL POUR L’HUMANITE D’ALLER SUR MARS !!!

Le 30 septembre 2015 · 1 Commentaire

La conquête martienne est réalisable avec la technologie actuelle :

Il est inutile de construire les vaisseaux de la guerre des étoiles pour se rendre sur Mars ! Selon le spécialiste de la question, Robert Zubrin, un programme de « conquête martienne » est réalisable avec la technologie actuelle et coûterait entre 40 et 50 milliards de dollars US, ce qui est très raisonnable (c’est ce qu’à débourser BP durant l’été 2010 pour stopper la marée noire du golfe du Mexique). Il y a également probablement plus d’argent dépensé dans le football chaque année !

Mars est probablement le seul endroit du système solaire « colonisable ».

Mars est une planète passionnante… Voir caractéristiques ci-dessous:

– Des journées de presque 24h comme sur terre => donc la possibilité de faire pousser des plantes sous serres pressurisés qui donneront à leur tour de l’oxygène ; cela serait impossible sur la Lune ou les jours durent 28 jours terrestres (dont 14 jours de nuit) et où il n’y a pas d’atmosphère.
– Une année égale à 2 années terrestre avec 4 saisons de 6 mois.
– Des températures de +10/+15°C à -90°C. La liminosité sur Mars est égale à 55% de la luminosité sur Terre.
– De la glace dans le sous sol (aquifères d’eau) et aux 2 pôles => synonyme d’eau et d’oxygène.
– Une pesenteur de 35% de la pesenteur terrestre (un homme de 100 Kg sur Terre pèsera 35 Kg sur Mars).
– Une atmosphère (peu dense) composée essentiellement de CO2 mais qui protège tout de même des rayons cosmiques => qui offre aussi la possibilité de pouvoir générer de l’oxygène et du méthane (c’est à dire du carburant ; si on ramène un peu d’hydrogène sur place).
– Une surface martienne totale égale à la surface de toutes les terre émergés sur notre planète.
– Une planète pas si éloignée que ça ; à 180 jours de la terre dans la meilleure configuration (à vitesse moyenne de fusée actuelle).
– De nombreux éléments qui laissent à penser qu’il existe de la vie sur place (des micro-organismes) ou qu’il y a eu de la vie par le passé (il y aurait donc des fossiles sur place). Ainsi les éléments chimiques nécessaires à la vie de type terrestre (pour 96% : C, H, O, N ; pour 4% : P, S, Cl, K, Na, Ca, Mg ; et pour de faibles quantité : Fe, B, I, Mn…) ont tous été identifiés sur Mars !
– De nombreuses ressources naturelles (minerais, minéraux, pierres précieuses, etc.)
– Des volcans (endormis) de 30km de haut et des canyons de 5000 km de long.
– 2 petites lunes qui courent dans le ciel martien.
– Etc.

Une garantie pour la survie de l’espèce humaine (rien que ça!) :

Si la Terre connaissait un jour une catastrophe apocalyptique (de type Fukushima « en pire »), il serait salutaire pour l’humanité d’avoir un endroit où se replier et éviter l’extinction – histoire de ne pas finir comme les dinosaures !?… (d’ailleurs, petite parenthèse sur ce sujet : L’astéroïde 2011 MD est passé en juillet 2011 à 12.000 kilomètres au-dessus de l’océan Atlantique. 12 000 km, c’est à peine 3% des 400.000 kilomètres séparant la Terre de la Lune ou encore seulement 30 fois la distance qui sépare la Terre de la Station spatiale internationale, à 400 km en orbite. C’était un caillou de petite taille ; moins de vingt mètres de diamètre a indiqué la Nasa. Même s’il était entré dans l’atmosphère, il se serait désintégré et n’aurait provoqué aucun cataclysme. Cependant l’incident montre que les rencontres de ce type se produisent en fait régulièrement !)
Un peu plus tard, en février 2013, Les yeux de la Nasa se sont braqués sur l’astéroïde 2012 DA14 (57 mètres de diamètre). Il est est passé, lui aussi près de nous : à 34.500 km d’altitude. C’est tellement près que certains astronomes amateurs ont pu l’observer avec de simples jumelles!

Un boost pour l’innovation technique :

Un programme d’exploration martien serait également un moteur fantastique pour l’innovation technique et scientifique à tous les niveaux. C’est ce que Zubrin nomme le « front pionnier de l’innovation » : les pionniers du nouveau monde sont toujours confrontés à de nouvelles problématiques ce qui les poussent à mettre au point de nouvelles solutions inédites ! Mars est l’avenir de l’humanité et sera à la pointe de l’innovation, comme l’a été en son temps l’Amérique.

Un boost pour l’économie et pour l’emploi :

Quand l’armée américaine a développé les premiers ordinateurs, gros comme une maison, personne ne comprenait à quoi cela pourrait servir et personne ne pouvait prévoir que quelques décennies plus tard, l’informatique serait à ce point miniaturisée et à ce point rentrée dans toutes nos vies.
Pareillement pour l’automobile et l’aviation. A leurs débuts, personne (ou presque) n’imaginait que ces industries allaient créer plus tard des millions d’emplois.
D’après la fondation X Prize, il y a 3 défis majeurs à relever pour le 21ème siècle : le moteur à énergie propre, la génétique et l’aérospatial.

Quels sont les obstacles à surmonter pour lancer une mission martienne ?

Le niveau du grand public est dramatiquement bas...

Le 1er obstacle à surmonter est l’hostilité du grand public, comme le montre cette capture d’écran faîte presque au hasard, dans une discussion sur facebook (oui, vous avez le droit de rire!)

Ils sont nombreux, mais le principal obstacle est en fait le manque de courage des politiques qui ont peur de se confronter à l’hostilité du grand public et de gens qui ne connaissent rien au sujet. Vous trouverez toujours quelqu’un pour vous dire qu’il y a des problèmes plus urgent à régler sur Terre avant d’aller voir dans l’espace. Oui… et non !  Si on attend d’avoir résolu tous les problèmes de la Terre avant d’investir dans la science et dans la recherche, on ne fera jamais rien ! C’est de la démagogie, tout simplement… Et pourtant, si un Président prenait un jour le risque de donner son feu vert à une missions spatiale vers Mars, l’humanité pourrait bien se souvenir de lui pendant les 1 000 prochaines années!!!

Le projet Mars One est il un canular ?

Le 11 février 2014 · 0 Commentaire

Mars One est une organisation à but non lucratif établie aux Pays-Bas, dirigée par Bas Lansdorp, qui projette d’envoyer 6 groupes de 4 personnes tous les deux ans, sur Mars, à partir de 2025.

L’originalité de ce projet, c’est notamment son mode de financement original et astucieux. Bas Lansdorp pense qu’il est possible de médiatiser l’expédition et d’en faire une émission de télé réalité payante à succès!

Mars One tente donc actuellement de réunir des investisseurs et sponsors. Parmi les personnalités qui soutiennent ce projet, on trouve notamment:
– Gerard Hooft, prix Nobel 1999 dans le domaine de la physique des particules,
– et Paul Römer, le créateur/producteur de l’émission de télé réalité « Big Brother », émission qui avait lancé la vague du « reality show », il y a quelques années.

Plus de 200 000 personnes dans le monde se sont portées candidates pour l’expédition! La moyenne d’âge de ces candidats est de 35 ans.

Le 30 décembre 2013, une première sélection a été effectuée et seuls 1058 candidats, originaires de 106 pays, ont été retenus : 5 québécois,  6 belges, 20 français (dont la chroniqueuse/blogueuse française Florence Porcel), 297 américains, etc.

Pour figurer parmi le 24 élus, il leur faudra désormais participer à des simulations en groupes mais aussi réussir une série de tests physiques, médicaux et mentaux.
Le voyage « aller » durera 7 mois et pendant tout ce temps, les candidats seront filmés. Nul doute qu’il faudra des gens stables psychologiquement et extrêmement déterminés à survivre sur une planète froide et hostile! …Et c’est un euphémisme!

C’est un choix de vie radical car, autre point remarquable de ce projet, aucun voyage retour n’est prévu. Pour ces colons, le départ sera définitif. Leur but ultime sera l’établissement d’une colonie humaine sur Mars et ils devront y vivre jusqu’à leur mort.

Voici la vidéo officielle de présentation du projet Mars One:

Alors certes, on doit tous mourir un jour… Certes, par le passé, les colons qui sont partis vivre en Amérique ou en Australie ne sont jamais rentrés en Europe… Certes, mais tout cela est il bien raisonnable ? Tour cela est il réalisable ???

Pour ce projet, Bars Landscorp estime son besoin en financement à hauteur de 4.5 milliards d’Euros. Or à ce jour, il n’aurait obtenu que quelques centaines de milliers de dollars à ce jour… D’un autre côté, certains spécialistes affirment, quant à eux, qu’il faudrait en réalité, plutôt 40 milliards (donc 10 fois plus d’argent ; au grand minimum) pour pourvoir mener à bien un tel projet !!!

Et même en admettant qu’il réussisse à lever suffisamment de fonds, il lui reste encore à faire face à un obstacle majeur:  LA TECHNOLOGIE! En effet, il n’existe, à l’heure actuelle, aucune fusée ni aucune capsule, capable d’emmener 4 personnes sur Mars et à priori, ni la NASA, ni la société Space X ne semblent prêts à s’engager en tant que partenaire dans ce projet !!!

Vous l’aurez compris, même « s’il ne faut jamais dire jamais », ce projet a donc très peu de chance de réussir selon nous.
Cependant il est tout de même remarquable car il montre que la planète Mars fascine des millions de personnes sur Terre! Des centaines de milliers de personnes se sont portées volontaires et Mars One a fait le buzz dans tous les medias du monde!
Enfin, c’est un projet qui s’amorce sur plus d’une décennie… Il peut sembler totalement utopique aujourd’hui mais éventuellement rebondir et évoluer d’une façon positive au cours des prochaines années?!

Dunes_sable_Noachis_Terra

Dunes de sable dans la région de Noachis Terra

Dans la categorie Non classé

Quels seront les premiers mots prononcés par l’homme sur Mars?

Le 1 août 2013 · 0 Commentaire

Un excellent article a été publié récemment sur le site de la BBC : http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-23448544 …

Il pose la question suivante : quels seront ou que devraient être les premiers mots prononcés par le premier homme qui marchera sur la planète Mars?

On se souvient tous de la célèbre phrase prononcée par Neil Armstrong en 1969 : « un petit pas pour l’homme et un pas de géant pour l’humanité »… Il sera peut être difficile de faire aussi bien, tant la phrase est fabuleuse !

L’article en question et les nombreux commentaires postés par les lecteurs tentent de répondre à cette question avec plus ou moins de succès… L’avantage, c’est que nous avons encore un peu de  temps pour y répondre (on espère pas trop longtemps quand même!)…

Dune-de-Namib

Curiosity face à la dune de Namib (déc 2015)

Dans la categorie Non classé

100 milliards de tonnes d’eau glacée au fond des cratères du pôle Nord sur Mercure

Le 5 décembre 2012 · 0 Commentaire

Cette semaine a été riche en découverte ! Bien que notre blog soit dédié à la planète Mars, il nous semblait important d’évoquer les récentes découvertes concernant la planète Mercure…

Selon les dernières observations de la sonde américaine Messenger, transmises le 29/11/2012, la glace est abondante sur Mercure, qui est pourtant la planète la plus proche du Soleil !

« La glace d’eau se trouvant dans les régions polaires de Mercure atteindrait plus de trois kilomètres d’épaisseur si elle était étendue sur une superficie de la taille de Washington DC à savoir 117 km2 », a détaillé David Lawrence, un des scientifiques de la mission Messenger. « Nous estimons que selon les mesures effectuées avec le spectromètre, la glace se trouve sous une couche de 10 à 20 centimètres d’épaisseur d’un matériau sombre », précise-t-il. Selon deux autres recherches sur Mercure publiées le même jour, ce matériau sombre, isolant, d’une dizaine de cm et constitué de matériaux organiques, aurait été apporté par des astéroïdes, tout comme l’eau.

Mercure, est une planète extrêmement chaude (en moyenne de 169°C et jusqu’à 400°C en journée) et paraît être, à priori, le dernier endroit où trouver de la glace ! Mais l’inclinaison de seulement un degré de son axe de rotation fait que certaines zones, à l’intérieur des cratères polaires, ne voient jamais le Soleil et connaissent donc des températures très froides, expliquent les scientifiques ! «On savait qu’il y avait au fond des cratères des endroits qui ne voient jamais le Soleil», explique également Sylvestre Maurice, astronome à l’institut de recherche en astrophysique et planétologie de Toulouse (CNRS/université Paul-Sabatier). «On avait donc imaginé qu’ils pouvaient jouer le rôle de pièges froids qui stockeraient l’eau amenée par le bombardement cométaire.» La mission Messenger vient donc d’en apporter la preuve.

En rouge les zones toujours à l'ombre au pôle Nord depuis que Messenger est en orbite. En jaune, les zones où le radiotelescope Arecibo a détécté une réflectivité anormalement élevée.

Dans la categorie Non classé

Mars en images

Le 2 février 2012 · 0 Commentaire

Les différentes sondes et rovers envoyés sur la planète Mars, nous ont permis de découvrir des images exeptionnelles…

Le rover Opportunity va bientôt fêter ses 7 ans d’activité à la surface de Mars alors qu’il devait en principe fonctionner 90 jours ! Il n’aura parcouru qu’une trentaine de kilomètres depuis son arrivé sur la planète rouge, en janvier 2004, mais il roule encore (seulement en marche arrière !) et ses capteurs solaires fonctionnent toujours… Quand à Spirit, le rover jumeau « d’Oppy » ne répond plus depuis plusieurs mois.

(Pour en savoir plus sur les rovers « Spirit » et « Opportunity », rendez-vous sur le site du « Jet Propulsion Laboratory » : http://marsrovers.jpl.nasa.gov/home/index.html)

Photo ci-dessus prise par le rover Mars Opportunity, à la surface de Mars.

Ci-dessus, le sol martien photographié par la sonde Viking 2.

Photo ci-dessus prise par le rover Mars Spirit en 2004.

Ci-dessus, le cratère Santa Maria photographié par « Oppy » en janvier 2011.

Ci-dessus, un coucher de soleil sur Mars (la luminosité sur Mars est environ égale à 50% de la luminosité moyenne sur Terre). Cette image étonnante a été prise par le rover Spirit.

Mystérieuse roche photographiée par Opportunity: les scientifiques n’ont pas encore expliqué la nature des nombreuses sphérules présentes sur cette roche…

Ci-dessus, le cap rocheux St Vincent, au bord du cratère Victoria (photo prise par Opportunity en Mars 2007). Continue Reading…

De l’eau sur Mars

Le 5 décembre 2011 · 0 Commentaire
Une vue de la planète Mars qui aurait été recouverte d'un océan, recouvrant la moitié de son hémisphère nord, selon la NASA,  il y a 4.3 milliards d'années.

Une vue de la planète Mars qui aurait été recouverte d’un océan, recouvrant la moitié de son hémisphère nord, selon la NASA, il y a 4.3 milliards d’années.

La sonde européènne Mars Express a découvert des volumes d’eau glacés gigantesques et cela à seulement 20 mètres sous la surface de la planète rouge !

L’ESA explique que des clichés effectués par la sonde mettent en avant des petites stries concentriques qui d’après les géologues prouvent qu’il y a de la glace en sous-sol. Des données radar fournies par Reconnaissance Orbiter (NASA) sont également venues confirmer les affirmations de l’ESA.

Cette découverte a été faite dans les Monts Phelgra qui sont une chaîne de montagnes située dans l’hémisphère nord de la planète rouge. Toujours selon L’agence spatiale européènne, tout est réuni pour démontrer qu’il existe des glaciers gigantesques dans les souterrains de cette chaîne de montagne !

Cette découverte est une bonne nouvelle (une de plus) pour l’exploration de la planète Mars, car cette quantité importante d’eau pourrait être utilisée dans une éventuelle exploration et/ou colonisation humaine à venir…

 

Du méthane, de l’eau liquide et un sol moins hostile que prévu…

Le 24 août 2011 · 0 Commentaire

L’été 2011 a été très riche pour tous les amateurs de la planète Mars !  On savait déjà, depuis plusieurs années, que du méthane est présent dans l’atmosphère martienne. Le méthane a une durée de vie assez courte dans l’atmosphère et sur terre 90% du méthane est produit par la vie organique (vie organique/microbienne peut être située dans le sous sol martien). Plus d’infos sur cette page : http://www.lefigaro.fr/sciences/2009/01/17/01008-20090117ARTFIG00212-du-methane-sur-mars-peut-etre-un-signe-de-vie-.php. Toutefois, ce méthane pourrait aussi provenir des météorites qui tombent sur la planète rouge…

Aujourd’hui, d’autres nouvelles découvertes passionnantes, dans la recherche d’une éventuelle vie sur Mars, ont été réalisées :

 – La NASA a notamment annoncé que de l’eau liquide coulerait à la surface de la planète rouge. La sonde spatiale MRO a observé des écoulements durant la saison chaude, dans les ravines du cratère martien « Newton » (hémisphère sud). Cette eau de couleur sombre serait salée, le sel abaisse justement le niveau de congélation de l’eau. Plus d’infos sur cette page : http://www.maxisciences.com/mars/de-l-039-eau-liquide-decouverte-sur-mars_art16166.html

Lit_riviere

Ci-dessus, le lit d’une ancienne rivière asséchée sur Mars. Cette photo a été réalisée par le téléscope HiRise, embarqué sur la sonde Mars Reconnaissance Orbiter, en orbite autour de Mars depuis 2006.

 – Des données en provenance de Mars Phoenix Lander ont également permis à la NASA de révéler que le sol martien serait finalement plus propice à supporter la vie que ce qui était initialement supposé. Le sol martien serait finalement moins oxydé et moins acide que prévu. Le sol martien serait même assez proche avec ce qu’on trouve par endroits sur la Terre ; voir même fertile (riche en phosphore, calcium et potassium)… Plus d’infos sur ces pages : http://www.space.com/12695-mars-soil-life-support-study.html et http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/La-question-environnement/Sons/Et-si-on-jardinait-sur-Mars-1745329/

Publicité
Archives
Publicité